HTS BIO

On parle de biotechnologies dès lors que l’on utilise des micro-organismes pour intervenir dans le processus de transformation de la matière. Notre métier : les biotechnologies appliquées à l’environnement. Depuis 1988, HTS BIO conçoit et fabrique en France des produits et solutions écologiques à la pointe de l’innovation pour le nettoyage et l’entretien, la bioremédiation (dépollution biologique), l’agriculture, l’aquaculture, le traitement des eaux et les plans d’eau.
À propos de nous

QUAND LES MICRO-ORGANISMES REPEIGNENT NOS PAYSAGES

QUAND LES MICRO-ORGANISMES REPEIGNENT NOS PAYSAGES

Un peu partout sur la planète, les micro-organismes s’amusent à recolorier les paysages. Découvrez des panoramas oniriques époustouflants, des harmonies de couleurs dignes des plus grands artistes…

Natron

Le rouge brique du lac Natron (Tanzanie)

Quelque part sur la frontière entre la Tanzanie et le Kenya se trouve une énigmatique étendue d’eau couleur terracotta.

Le taux de salinité, d’alcalinité et la température (jusqu’à 60 °C !)  font du lac Natron un milieu plutôt hostile. Toutefois, parmi les occupants de cet écosystème atypique, on trouve de spectaculaires colonies de flamands nains. Vous imaginez le spectacle ?

Et lorsque baisse le niveau des eaux, le lac Natron laisse affleurer de fantasmagoriques statues de pierre : ce sont les dépouilles de tête-brûlées (oiseaux et chauve-souris) ayant tenté la baignade littéralement pétrifiées presque sur le champ.

C’est la présence de micro-organismes spécifiques tels que les cyanobactéries et les spirulines (type de micro-algue connue pour ses propriétés nutritionnelles) qui confère au Le lac Natron sa couleur singulière.

 

image_vieux_rose_lac_hillier

Le vieux rose du lac Hillier (Australie, Middle Island)

Une surface d’un élégant bois de rose, crénelée de vaguelettes et délicatement ourlée d’un fin liseré de dentelle de sel blanc. Les auteurs de cette composition très « haute-couture » demeurent anonymes… Enfin, pas tout à fait : les scientifiques pensent que la l’étonnante couleur de l’eau provient de la présence d’une micro-algue (Dunaliella salina) et d’une bactérie (Halobacteria), comme c’est le cas pour d’autres lacs de la région qui présentent les mêmes caractéristiques chromatiques.


 

Le_vert_emeraude_du_Verdon

Le vert émeraude du Verdon (France)

La Parc naturel régional du Verdon est un petit paradis des amoureux de sports aquatiques : cannyoning, canoë, kayak, randonnée aquatique, rafting, hydrospeed, nage en eaux vives…  Pour les accueillir, les coquettes eaux du Verdon se drapent d’une fabuleuse couleur émeraude qui donne aux paysages une allure idyllique.

Cette teinte exotique est la conséquence de la présence de fluor et de micro-algues dans les eaux pures du Verdon.


 

Laguna_Colorada

Les ocres de la Laguna Colorada (Bolivie)

Située au sud de la Bolivie sur l’Altiplano, la Laguna Colorada offre un spectacle d’une beauté stupéfiante à près de 4300 mètres d’altitude. L’eau semble s’être teintée d’elle-même par mimétisme pour mieux se fondre dans le paysage.

C’est le refuge idéal pour de nombreuses espèces d’oiseaux tels que le Nandou de Darwin – en grand danger d’extinction – et de rares espèces de flamands. On y trouve aussi de sympathiques et débonnaires lamas et quelques carnivores pas bien méchants, dont le chat des pampas au nom chantant.

Selon la luminosité et les conditions météorologiques, le lac change de couleur : orangé, brun cannelle, rouge profond…

Le secret de la palette de couleur de la Laguna Colorada ? La présence de sédiments et de micro-organismes spécifiques.

 

 

lac_Retba

Le rose bonbon du lac Retba (Sénégal)

Mais qui donc a versé du colorant dans le lac Retba, au point d’être plus connu sous le nom de « lac rose » ? Ce sont des cyanobactéries, organismes microscopiques. Le taux de salinité est si élevé (près de 400 g par litre !(1)) que nos micro-artistes ont développé une stratégie de survie au cours de laquelle elles libèrent des pigments roses… Et elles s’amusent : selon la concentration en sel pouvant varier en fonction de la météo – et peut-être même selon leur humeur… -, elles repeignent le lac tantôt en rose bonbon, tantôt en rose pâle, tantôt en mauve…

 

 

Vaadhoo-Beach

 Vaadhoo Beach by night (Maldives)

Sur la plage de Vaadhoo, la nuit, pas besoin de lampe de poche pour une ballade en amoureux en bord de mer : comme autant de nano-lucioles aquatiques, le phytoplancton offre le plus glamour des éclairages et illumine le rivage d’une myriade de petits points bleus.

Comment ça marche ? Ce phytoplancton contient des micro-organismes du genre Noctiluca qui utilisent la bioluminescence(2) comme mécanisme de défense à l’approche d’un prédateur. La nuit, une vague ou un courant marin provoquant une réaction avec l’oxygène, ils deviennent lumineux.

Un phénomène analogue a été observé dans la baie de Laguna Grande (Porto Rico) et à San Diego en 2011 : des vagues baignées de lumière bleue ont déferlé sur le littoral… Magique.

 

 

 

Les micro-organismes en général et les bactéries en particulier ont mauvaise presse chez les humains. Tout ça à cause de quelques dizaines d’espèces pathogènes parmi les milliers déjà répertoriées ! Or, si vous êtes lecteur de HTS’Mag, vous savez déjà que, sans faire de vagues, « nos amies les bactéries » œuvrent pour nous au quotidien et sont indispensables à notre survie (3). Aujourd’hui, nous leur découvrons des talents picturaux. Chapeau les micro-artistes !

 

 

(1)  Source : wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Lac_Rose

(2) La bioluminescence est la capacité d’un être vivant (animal – tel que luciole ou méduse -, champignon, micro-organismes,…) à produire de la lumière par le truchement d’une réaction chimique entre une protéine, la luciférine et une enzyme, la luciférase. En savoir plus sur la bioluminescence : lire l’article “La lumière vivante” (https://htsmag.htsbio.com/la-lumière-vivante/)

(3) (Re)lire les articles :

Des bactéries dans votre assiette

Vous hébergez 100 000 milliards de bactéries

La biotechnologie pour les nuls

Share this Story