HTS BIO

On parle de biotechnologies dès lors que l’on utilise des micro-organismes pour intervenir dans le processus de transformation de la matière. Notre métier : les biotechnologies appliquées à l’environnement. Depuis 1988, HTS BIO conçoit et fabrique en France des produits et solutions écologiques à la pointe de l’innovation pour le nettoyage et l’entretien, la bioremédiation (dépollution biologique), l’agriculture, l’aquaculture, le traitement des eaux et les plans d’eau.
À propos de nous

Le Printemps de la crevette

Le Printemps de la crevette

De l’Inde à la Nouvelle-Calédonie en passant par l’Équateur, HTS BIO parcourt le monde et développe des solutions de biotraitement pour une aquaculture durable.

L’Inde : point de départ d’une belle réussite

image_potAvec une demande mondiale en augmentation constante émanant principalement des États-Unis, du Japon et de l’Europe occidentale, le marché de la crevetticulture -ou pénéiculture- constitue une très belle opportunité de croissance pour des pays comme l’Inde, au 3e rang mondial avec une production de 350 000 tonnes par an, ou l’Équateur.

Dans le N°1 de HTS’Mag, nous vous expliquions comment HTS BIO, en partenariat avec Manoj Sharma, crevetticulteur indien, a développé 3 produits de biotraitement pour la crevetticulture, VIVAPOND®, VIVASOIL® et VIVAGROWTH®.

Le secteur est très concurrentiel. Les solutions proposées doivent être à la fois performantes et innovantes sans pour autant négliger l’aspect économique. Naturellement, les « VIVA » répondent à l’ensemble de ces exigences.

 

 

india01

India road trip

Février 2015, HTS BIO rejoint son illustre ambassadeur Manoj Sharma en Inde pour un périple est-ouest.

  • Étape 1 : Vijayawada où la dream team rencontre les plus gros acteurs du secteur à l’occasion de Aqua Aquaria India 2015, le plus gros salon de l’aquaculture en Asie.
  • Étape 2 : Calcutta. Présentation des « VIVA » à une assemblée de 80 éleveurs(1). L’accueil est excellent et les perspectives prometteuses.
  • Étape 3 : Surat, sur la côte est de la péninsule indienne, terre de notre ambassadeur et retrouvailles avec les aquaculteurs qui ont porté le projet depuis le départ. L’occasion de faire un point sur les derniers développements, les bonnes pratiques, commenter les résultats des tests scientifiques et fédérer autour de l’idée d’un élevage de crevettes durable.

 

 

equateur01

¡Aqui estamos Ecuador!

Depuis la fin des années 70, l’Équateur est le pionnier sud-américain de la crevetticulture, secteur qui connait une expansion vertigineuse. Souffrant des impacts négatifs de l’agriculture sur l’environnement, le pays est conscient de la nécessité d’adopter des solutions durables.

C’est dans ce contexte que l’Équatorien René Merchan décide de croire que les VIVA représentent une alternative écologique bénéfique. Déterminé, l’homme se démène pour faire enregistrer les produits auprès des autorités.

Fin 2014, un premier container est expédié au pays du cacao.

En mars 2015, HTS BIO et son ambassadeur -dont la renommée mondiale, la grande expérience et le charisme lui valent les sympathiques surnoms de « Roi de la crevette » ou encore « Doctor Shrimp »- se rendent en Équateur pour promouvoir les VIVA : rencontre avec un très gros acteur local exploitant la mirobolante surface de 2500 ha, présentation aux éleveurs dans les principales zones de production de Guayaquil à la frontière péruvienne.

Partout, l’accueil est excellent. Ici comme en Inde, la présence de Manoj aux côtés d’HTS BIO inspire confiance, respect et crédibilité.

Des tests pilotés par René Merchan sont en cours sur une surface significative de 86 ha. C’est en octobre 2015 que les résultats seront révélés à l’occasion d’un salon et d’un colloque pour un lancement commercial de la gamme fin 2015.

 

 

caledonie01

Les zoreilles sur le caillou(2)

Avec 700 ha dédiés, la crevetticulture néo-calédonienne dégage un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros. Cette production de crevettes tropicales haut de gamme est majoritairement exportée au Japon : elle y est fin(2) recherchée pour la préparation des sushis. La signature haut de gamme de la crevette made in Nouvelle Calédonie ? Les antennes doivent être les plus longues possibles !

Après l’Inde et l’Équateur, les zoreilles de l’équipe HTS BIO se rendent sur le caillou. Ils y trouvent une filière en difficulté : le taux de survie dans les bassins est inférieur à 50 %. De fait, les acteurs voient dans la solution globale de biotraitement des VIVA une vraie chance pour son développement.

Quelques exploitations sont d’ores et déjà prêtes à adopter les VIVA, tandis que des tests sont en cours au CTA (Centre technique aquacole), laboratoire expérimental associé à l’IFREMER.

 

Croissance durable à l’horizon

En 2014, avec des produits exclusivement destinés à la branche crevetticulture, les solutions pour l’aquaculture ont généré 200 000 € de chiffre d’affaires pour HTS BIO.

Celui-ci devrait atteindre 1 000 000 € d’ici 2018 grâce à deux axes de développement :

  • L’expansion géographique avec la conquête de nouveaux pays producteurs en Afrique, Amérique latine, Asie et Océanie,
  • Le développement de nouvelles solutions de biotraitement pour la pisciculture et la conchyliculture.

Au-delà de contribuer à la croissance de HTS BIO, ces développements prometteurs servent la véritable ambition de la PME : imaginer et concevoir des solutions innovantes pour une aquaculture durable et rentable.

 

Tout savoir sur VIVAPOND®, VIVASOIL® et VIVAGROWTH®, solutions de biotraitement pour l’aquaculture issues de la biotechnologie : cliquez ici.

(1) Lire l’article paru dans le Times of India
(2) Quelques mots en lôngage à nouzaut’ (parler calédonien) :
zoreilles : Français de métropole.
Le caillou : nom donné à Grande Terre, la plus grande île de l’archipel.
Le mot « fin » est utilisé à tout bout de champ en lieu et place de « très » : fin bon, fin drôle, fin joli…

 

 

recette01

Bonus

Vous avez l’eau à la bouche ? Nous aussi !
Doctor Shrimp’s favourite recipe : Crevettes Coco-Curry

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 1 kg de grosses crevettes 16/20
  • 2 cuillers à café de pâte de curry
  • 400 mL de lait de coco
  • Quelques feuilles de coriandre ciselées

 

Progression :
Dans une sauteuse, faites revenir 3 minutes à feu vif les crevettes avec la pâte de curry en remuant sans cesse.
Ajoutez le lait de coco, mélangez bien et laissez mijoter 5 minutes à feu doux.
Servez avec un riz basmati blanc parsemé de coriandre ciselée.

Share this Story