HTS BIO

On parle de biotechnologies dès lors que l’on utilise des micro-organismes pour intervenir dans le processus de transformation de la matière. Notre métier : les biotechnologies appliquées à l’environnement. Depuis 1988, HTS BIO conçoit et fabrique en France des produits et solutions écologiques à la pointe de l’innovation pour le nettoyage et l’entretien, la bioremédiation (dépollution biologique), l’agriculture, l’aquaculture, le traitement des eaux et les plans d’eau.
À propos de nous

LE PH : C’EST QUOI AU JUSTE ?

LE PH : C’EST QUOI AU JUSTE ?

Le Ph donne une indication sur le niveau d’acidité d’un milieu. Mais encore ?


Pourquoi le pH s’appelle le pH ?

« pH » siginifie « potentiel hydrogène » parce qu’il exprime la concentration des ions H3O+. En gros, plus le degré de pH est bas, plus cette concentration est élevée. Il donne une indication du niveau d’acidité sur une échelle de 0 à 14. Dans une solution aqueuse, il mesure le rapport entre les ions H3O+ (qui rendent la solution acide) et les ions HO (qui rendent la solution basique).

  • 0 correspond à la solution la plus acide.
  • 14 à la solution la plus basique.
  • 7 correspond à un pH neutre où le rapport entre ions H3O+ (qui rendent la solution acide) et ions HO (qui rendent la solution basique) est équilibré. C’est celui de l’eau pure.

Dans la vie de tous les jours, nous croisons des pH compris entre 4 et 9 : approcher les solutions avec des pH plus extrêmes nécessite des équipements spécifiques (seuls les savants en blouse blanche les côtoient…)

Très concentrés, les acides et les basiques ont des pouvoirs destructeurs. La chaux vive par exemple : ultra-basique (son pH est supérieur à 12), elle est utilisée en aquaculture pour assainir les fonds de bassins entre deux cycles car elle élimine radicalement les agents pathogènes.

Bon à savoir : en-dessous de 4 et au-dessus de 9, il n’y a quasiment pas de vie possible en dehors de milieux spécifiques tels que l’estomac (où vivent, rappelons-le des milliards de « bactéries amies » ou dans les sources chaudes sous-marines appelées « fumeurs noirs ».

 

 

Le pH se mesure en mole (vous allez voir, c’est facile !)

Qu’est qu’une mole ?

Vous savez que :

  • dans une ramette on dénombre 500 feuilles de papier, quelle que soit la qualité du papier, son épaisseur, la taille des feuilles (A4, A3,…),
  • dans une équipe de handball on dénombre 7 joueurs, quel que soit leur poids, leur taille,…
  • dans un quatuor, on dénombre 4 musiciens, quel que soit leur instrument, leur sexe, leurs caractéristiques physiques.

De la même façon, dans une mole on dénombre 6,022 × 1023 entités chimiques (atomes, molécules…) quelles que soient leur nature : grosses ou petites, simples ou complexes.

En chiffre (astronomique) : 1 mole = 6 022 000 000 000 000 000 000 000 atomes ou molécules ! (1)

La mole est donc une unité de mesure utilisée par convention pour les atomes et les molécules, mais on pourrait très bien s’en servir pour dénombrer n’importe quoi d’autre : étoiles, grains de sable,… et ce, toujours quels que soient leurs caractéristiques (grosseurs, densité,…).

Facile, non ?

 

 

L’échelle du pH est logarithmique (ne partez pas, on vous explique !)

 Sur cette échelle :

  • 1 point de pH en moins = une concentration 10 x plus élevée en ions H3O+ (rendant la solution acide),
  • 2 points = 100 x moins élevée,
  • 3 points = 1000 x moins élevée,
  • Etc.

Et inversement.

Le chiffre du pH est une puissance de 10 négative. C’est le nombre de fois par lequel la mole d’ions H3O+ a été divisée par 10 pour atteindre telle ou telle concentration :

  • Si le pH d’une solution est de 2, elle a une concentration de 1/100ème (soit 10-2) de mole d’ions H3O+ par litre. Ici, la mole est divisée 2 fois par 10.
  • Si le pH d’une solution est de 3, elle a une concentration de 1/1 000ème (soit 10-3) de mole d’ions H3O+ par litre. Là, la mole est divisée 3 fois par dix.

On voit bien la différence : la solution avec un pH de 2 a une concentration en ions H3O+ dix fois plus élevée que la solution avec un pH de 3, elle est donc plus acide.

 

Et dans la vraie vie ?

Revenons sur terre et prenons les hortensias, par exemple. Poésie de la science : la couleur des fleurs dépendra du pH du sol ! Plus le sol est acide, plus les fleurs tirent vers le bleu, plus il est basique, plus les fleurs tirent vers le rose.

Autre exemple — sans rentrer dans les détails de la réaction chimique — : le sang coulant dans nos artères (chargé en oxygène) a un pH plus élevé (moins acide) que le sang coulant dans nos veines (plus acide) chargé en CO2.

Ceux qui ont une piscine et les aquariophiles connaissent bien l’importance du pH de l’eau qui doit être maintenu aux alentours de la neutralité. Pour le mesurer, on peut utiliser un pHmètre numérique ou colorimétriques : par réaction chimique, la couleur change en fonction de l’acidité.

Les férus de jardinage et d’horticulture le savent : toutes les plantes ne sont pas adaptées à tous les sols. Certaines comme les rhododendrons ou les camélias sont à l’aise dans des sols acides, d’autres comme celles de la garrigue préfèrent les sols basiques (calcaires). Suivant la configuration, il est possible de corriger le pH du sol avec des apports en engrais, tourbe, compost,…

 

 

Le pH dans la gamme ECOWAY®

 Certains produits de la gamme ECOWAY® allèguent un pouvoir détartrant. Pour cela, il faut que le produit ait une concentration élevée en acidité (pH bas). Vous pouvez le constater :

  • pH de 2,5 pour NAT’SAN, Nettoyant détartrant désinfectant sanitaires,
  • pH de 2,2 pour 4D-SCALE, gel WC détartrant, désinfectant désodorisant a un pH de 2,2
  • Etc.

 

Alors que les produits dégraissants, eux, ont plutôt un pH élevé (basique):

  • pH de 8,5 pour MULTI’ORGINAL, Nettoyant dégraissant multi-usages,
  • pH de 9 pour ALIWAY, Nettoyant dégraissant surfaces alimentaires,
  • Etc.

De même, si nous comparons le pH de deux produits nettoyant vitres et surfaces lisses nous constatons que :

  • Celui de WINWAY est de 4 (bas, donc acide) : ce produit allègue une action anticalcaire et il n’est pas recommandé pour des surfaces types écrans, car les détartrants peuvent endommager les surfaces fragiles de par leur acidité. D’où l’intérêt d’être vigilant et de n’utiliser les produits que dans le cadre de ce pour quoi ils sont préconisés.
  • Celui de NAT’SURF est de 8 (élevé donc basique : sans pouvoir détartrant mais utilisable sur tous types de surfaces)

Limpide, non ?

 

 

Le pH dans les biotraitements aquaculture et agriculture

 Le pH est également une donnée importante dans nos gammes de biotraitement pour l’agriculture et l’agriculture VIVA® et HYGEFAC® : à l’échelle microbienne, en élevant légèrement le pH et en le stabilisant, on facilite le travail de biodégradation des micro-organismes présents dans le milieu et contenus dans les biotraitements.

 

 

 

(1) Soit le nombre d’atomes dans 12 g de carbone 12 (et donc une mole de carbone 12 = 12g). Pourquoi ? C’est une autre histoire…

 

 

 

Share this Story