HTS BIO

On parle de biotechnologies dès lors que l’on utilise des micro-organismes pour intervenir dans le processus de transformation de la matière. Notre métier : les biotechnologies appliquées à l’environnement. Depuis 1988, HTS BIO conçoit et fabrique en France des produits et solutions écologiques à la pointe de l’innovation pour le nettoyage et l’entretien, la bioremédiation (dépollution biologique), l’agriculture, l’aquaculture, le traitement des eaux et les plans d’eau.
À propos de nous

INDONÉSIE : CHANEE & SON ÉQUIPE À LA RESCOUSSE DES GIBBONS

INDONÉSIE : CHANEE & SON ÉQUIPE À LA RESCOUSSE DES GIBBONS

En Indonésie, Chanee et son équipe luttent pour la sauvegarde des gibbons menacés par les ravages de la déforestation.

 

Un paradis…

Avec ses quelque 13 000 îles, le territoire indonésien est la deuxième zone de biodiversité au monde après le Brésil.

La forêt tropicale couvre plus de la moitié de la surface de l’archipel. Sa flore et sa faune sont exceptionnellement riches, abritant des centaines d’espèces endémiques : près de 40 % des mammifères et plus d’un quart des oiseaux.

 

… En cours de perdition

Partie intégrante du patrimoine mondial du Vivant, cette biodiversité foisonnante est en danger…  À qui la faute ? On vous le donne en mille : l’Homme et son appétence gargantuesque pour le profit n’hésite pas à ravager les forêts primaires de l’archipel pour en exploiter les sols et les ressources, détruisant l’habitat de ses hôtes à poils et à plumes.

Résultat : de nombreuses espèces sont menacées voire en voie d’extinction. Parmi ces espèces, le gibbon, figure emblématique de la faune locale, est en première ligne.

Comme une peau de chagrin

Pour répondre à la demande croissante de l’industrie agroalimentaire mondiale en huile de palme, la forêt primaire voit sa surface se réduire comme une peau de chagrin : chaque minute en Indonésie, plus de 4 hectares de forêt (soit l’équivalent de 6 terrains de football !) disparaissent. À ce rythme, les forêts des principales îles de l’archipel Indonésien auront disparu dans moins de 15 ans.

Si la plantation de palmiers à huile en monoculture contribue largement à la dégradation de la biodiversité, elle n’est pas seule responsable du carnage. L’extraction de bois exotiques, les mines de charbon, d’or et de diamants ainsi que les coupes illégales y participent aussi allègrement.

Double peine pour les gibbons

Non seulement l’habitat naturel des gibbons est grignoté jour après jour par la déforestation, mais de nombreux jeunes individus sont capturés – la plupart du temps après que leurs parents ont été tués – pour devenir des animaux de compagnie en toute illégalité.

Or, à cause des conditions de détention inadaptées (cages exigües, environnement stressant, carences alimentaires, absence de stimuli et de congénères), le jeune gibbon devient vite ingérable et agressif : il est alors tout simplement abattu. À ce jour, plus de 6000 primates seraient détenus illégalement. Et ce chiffre consternant ne concerne que les îles de Bornéo, Sumatra et Java…

Chanee & son équipe font bouger les lignes

En 1998 que Chanee fonde l’association Kalaweit – « kalaweit » signifie « gibbon » en langue dayak, peuple d’Indonésie -.

L’ambition de Chanee et son équipe :
– sauver les gibbons en captivité et les réadapter pour leur permettre un retour à la vie sauvage,
– lutter contre la déforestation, le braconnage et les coupes illégales.

En 1999, un premier protocole d’accord concernant les îles de Bornéo et de Sumatra est signé avec le ministère indonésien des Forêts. Puis en 2004, un nouveau protocole étend l’action de Kalaweit à tout le pays. À ce jour, l’association emploie plus de 50 personnes en Indonésie.

Au-delà de la sauvegarde des sympathiques primates, c’est la préservation de la forêt et de l’intégrité des écosystèmes qui est en jeu : l’association crée des zones protégées qu’elle gère conjointement avec le gouvernement et les populations locales.
Pour les populations, elles aussi victimes de la situation, l’enjeu est de taille : de nombreux villages ont été purement et simplement rayés de la carte pour les besoins des industries agroalimentaires, minières et du bois.

We love gibbons !

Si vous êtes lecteur assidu de HTS’Mag, vous savez que HTS BIO est déjà l’heureux propriétaire d’un jeune zébu qui coule des jours heureux à Madagascar. Nella (c’est son petit nom) participe aux travaux de la ferme dans sa famille d’adoption.

Et bien sûr, si nous vous en parlons, c’est que nous sommes également parrain de Jebelson, un adorable gibbon indonésien par le biais de l’association Kalaweit. Un geste symbolique témoin de notre engagement dans une démarche de développement durable.

 

« Si l’homme apprend un jour à aimer la vie, toute la vie, Kalaweit n’aura plus à lutter ». Chanee

 

 

Vous aussi, parrainez un gibbon et participez concrètement à la lutte contre la déforestation en Indonésie en cliquant ici !

Vous pouvez aussi soutenir finacièrement l’action de Kalaweit et même devenir bénévole !

7 VRAIES BONNES RAISONS DE PARRAINER UN GIBBON

  • N° 1 : Un gibbon, c’est mignon.
  • N° 2 : Vous redonnez le sourire à votre enfant intérieur (car, c’est bien connu, il adore les singes).
  • N° 3 : Vous augmentez votre capital sympathie aux yeux de votre entourage.
  • N° 4 : Vous avez (enfin) un excellent sujet de conversation pour mettre un peu d’animation joyeuse dans les soirées mondaines.
  • N° 5 : Vous démontrez à votre filleul(e) gibbon que l’Homme ne se réduit pas à une espèce n’ayant d’autre but que de le mettre en cage et de massacrer son habitat naturel, ce qui ne manquera pas de lui faire pousser des petits cris de satisfaction.
  • N° 6 : Vous rendez vos proches fous de jalousie (surtout si vous possédiez déjà un zébu malgache)
  • N° 7 : Vous contribuez à maintenir durablement plus de 50 emplois en Indonésie

C’est cadeau !

– Visitez le blog de Chanee : http://chaneekalaweit.blogspot.fr/
– Écoutez Radio Kalaweit : http://radio.gjoy24.com/online/Kalaweit_Radio_991
– Regardez « Le messager », le documentaire de présentation de l’association avec Véronique Jeannot et Chanee.

Share this Story